Montessori est le nom d’une grande découverte (avant d’être le nom d’une méthode pédagogique)

Je souhaite revenir sur un point qui me semble essentiel pour tous ceux qui s’intéressent à la pédagogie de Maria Montessori.

Une petite histoire pour me faire comprendre 🙂

Monsieur BBQ habite dans un pays où on a, de tout temps, mangé la viande crue. Mais un jour, grâce à un oubli, Monsieur BBQ fait une découverte extraordinaire : si on laisse la viande quelques temps sur des braises, elle se met à cuire et devient délicieuse ! Émerveillé par cette découverte, il cherche à optimiser son système de cuisson : il surélève la viande grâce à une petite grille, l’enferme sous une demi-sphère en acier qui retient la chaleur, calcule le temps de cuisson idéal, etc. De plus en plus de gastronomes curieux viennent goûter sa viande : tous sont unanimes, c’est un délice ! On ne jure plus que par lui, on donne bien sûr son nom à cette machine révolutionnaire 😉 , une nouvelle ère de la cuisine peut commencer ! De plus en plus de gens investissent dans une demi-sphère en acier, y placent leur viande sur du charbon selon les explications de Monsieur BBQ, certains oublient de la surélever, d’autres oublient d’enflammer les braises, d’autres laissent un peu trop longtemps la viande. Finalement le barbecue n’est pas si précis, pas si efficace. Pas si simple, surtout ! Il est difficile d’obtenir exactement le même résultat que celui du fameux Monsieur BBQ. À vrai dire, quand on mange la viande crue on a moins de surprises, ça demande moins d’énergie, et puis… on a toujours fait comme ça, après tout !

Tous ont oublié une chose : ce que Monsieur BBQ leur a apporté tient bien plus à sa découverte (la viande cuite est bien meilleure que crue !) que dans le système qu’il a mis en place à la suite de cette découverte : ce système mérite qu’on le teste encore, qu’on l’améliore, qu’on le simplifie, qu’on le remplace même, pourquoi pas ! Là n’est pas l’essentiel. L’essentiel est qu’on a enfin découvert la cuisson !

J’espère que vous me suivez et que vous avez fait, en même temps que votre lecture, le parallèle qui m’intéresse ici 🙂

Maria Montessori a fait une découverte incroyable et fondamentale : chaque enfant porte au fond de lui une nature raffinée, persévérante, confiante et sensible, digne de respect et de confiance. Cette nature est camouflée par les déviations que nous – adultes – lui imposons sans cesse. Et  pourtant, cette nature contient toutes les valeurs sociales et les qualités personnelles que nous essayons, depuis toujours, de leur inculquer par l’instruction.

Cette découverte vaut 100 fois celle d’Edison, 1000 fois celle de Magellan, et on ne dit pas qu’Edison est seulement le nom de la première ampoule, ni que Magellan est un système de navigation aujourd’hui bien dépassé ! Montessori est le nom d’une découverte scientifique d’une importance capitale. La “méthode Montessori”, qui en a découlé naturellement (puisque Maria Montessori a consacré sa vie à nourrir et comprendre sa découverte), ne vaut rien si elle n’amène pas au même résultat. Si on oublie de mettre le feu aux braises dans le barbecue, on mange sa viande crue et il aurait mieux valu peut-être garder ses sous pour autre chose !

Je ne dis pas qu’il est inutile d’appliquer la méthode de Maria Montessori si on n’arrive pas immédiatement à cet “enfant nouveau”. Mais tant que nous n’y arrivons pas, nous devons être en constante recherche de ce qui ne va pas, lire et relire l’évolution de la pratique de Maria Montessori, les étapes de la construction de sa méthode, ce qu’on a peut-être raté, mal compris (c’est là que vient l’immense intérêt de la méthode évidemment, de ses précisions, de son perfectionnement !). Reprendre son chronomètre pour calculer le temps de cuisson idéal !

Être un chercheur.

À l’intérieur de chaque enfant vit en silence cet “enfant nouveau” qui est l’enfant que Maria Montessori a découvert : celui qui accueille un diplomate en visite en lui disant “ça ne fait rien qu’aujourd’hui soit congé, si vous souhaitez nous voir travailler nous pouvons ouvrir la classe, nous vivons tous ici et le concierge a les clés” et une autre dame en lui disant “votre robe est précisément de la même couleur que la fleur que j’ai vue tout à l’heure dans l’autre pièce”. Cet enfant tranquille et doué existe en chaque enfant (oui oui, même celui-là – je vous entends d’ici !) et nous n’avons plus le droit de l’ignorer, puisque Maria Montessori l’a découvert et que nous avons tous entendu parler de cette découverte : quelle responsabilité nous incombe ! Quel travail il nous reste pour apprendre de Maria Montessori, mais surtout pour nous approprier ses conseils, les faire progresser en nous, dans nos classes et dans nos maisons : ne nous reposons pas tant que nous n’avons pas fait grandir cet enfant-là !

Notre système de cuisson, aussi élaboré soit-il, aussi brillants soient ses chromes et aussi tendre soit notre viande, sera inutile si nous oublions le feu. De même, la “méthode Montessori” est un outil (à considérer comme tel, à retravailler, à adapter) ; “l’enfant Montessori”, en revanche, doit être notre objectif indiscutable et surtout notre seul critère de réussite.

 

Advertisements

9 thoughts on “Montessori est le nom d’une grande découverte (avant d’être le nom d’une méthode pédagogique)

  1. Et c’est bien pour ça qu’il est primordial de lire ses principaux ouvrages, de s’informer et de se former pour pouvoir appliquer la méthode “Montessori”. Trop de personnes achètent le matériel, regardent 3 vidéos et se lancent sans avoir compris “l’essence” même de cette pédagogie!

    Like

  2. Très bel article et je suis entièrement d’accord avec le commentaire d’Alexandra en-dessous. Parce que finalement peut importe la méthode tant qu’on garde en tête son fondement. Mais si on l’oublie, la méthode n’a plus lieu d’être… Merci pour ce chouette article!

    Like

    1. Merci !
      Il manque dans mon article une précision de taille (c’est votre phrase “peu importe la méthode tant qu’on garde en tête son fondement” qui m’y fait penser) : contrairement au barbecue, on n’a pas encore trouvé d’autre méthode qui permet d’atteindre cet enfant raffiné… donc pour l’instant, même si nous pouvons (devons) être des chercheurs, il faut s’appuyer sur la méthode de Maria Montessori bien sûr, dans toute sa précision !
      Votre seconde phrase en revanche est exactement ce que je voulais dire dans cet article : “si on oublie ce fondement la méthode n’a plus lieu d’être” 🙂
      (ah comme c’est dur d’être très très précis et juste !!)

      Like

  3. Merci pour cette réflexion vraiment passionnante, et pour votre blog en général, je me régale ! Dans cet article, j’ai été particulièrement intéressée par votre allégorie de la cuisson de la viande, qui m’inspire pour d’autres domaines de réflexion ; en êtes-vous l’auteur ? sinon, où puis-je la retrouver ? je ne voudrais pas la réutiliser sans citer mon inspirateur… Merci beaucoup !

    Like

    1. Haha, oui je suis l’auteur de cette allégorie et je vous en offre les droits avec plaisir 😊
      Merci pour vos compliments, c’est vraiment gentil. Quand on bosse beaucoup pour écrire chaque article, il n’y a pas de plus belle récompense qu’un commentaire comme le vôtre !!

      Like

  4. Quel bel article et magnifique allégorie. En effet, le fondement est essentiel et même si on ne détient pas toutes les clés de la méthode associée, en ayant bien compris cette base, on se dirigera dans le bon chemin. Vous parlez d’une seule méthode pour atteindre cet enfant raffiné mais que penser des autres pédagogies dites alternatives, Célestin Freinet, Rudolf Steiner qui n’ont pas développé tout à fait les mêmes fondements mais les trois se rejoignent me semble-t-il sur de nombreux points ?

    Like

    1. Merci pour votre réaction ! Justement, je ne devrais peut-être pas m’avancer sur les sujets Steiner et Freinet en les connaissant si peu, mais il me semble qu’une différence essentielle entre Montessori et les autres pédagogies alternatives, est cet objectif de découvrir l’enfant raffiné en chacun, un enfant qui a l’air totalement transformé tant il a été débarrassé de tout ce qui l’entravait. Je n’ai jamais eu l’impression que les autres pédagogues avaient une telle ambition.
      Mais à suivre après plus de lectures de ma part… n’hésitez pas à réagir de nouveau si vous avez des réflexions à apporter à cette question passionnante 🙂

      Like

      1. Merci pour votre retour, je vais me replonger dans ces passionnantes lectures des uns et des autres pour tenter d’avoir une réponse 🙂 et surtout dans “l’enfant” de Maria Montessori qui m’a l’air d’être vraiment la base, le fondement !

        Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s